Réflexions sur l'impression 3D

Publié le par djose4

Réflexions sur l'impression 3D

 

Il est fort probable que les prochains génies technologiques seront des cyber-designers ou des bons techniciens du scanner 3D.

Comme ce fut le cas pour l'informatique, la sensibilisation à la conception d'objet tridimensionnelle à l'aide d'imprimantes 3D devra très probablement faire l'objet d'un enseignement dès le plus jeune âge.

 

Est-ce que le côté narcissique des potentiels acheteurs ne va pas être le moteur des ventes d'imprimantes tridimensionnelles grand public ? Effectivement, des objets pourront être réalisés pour reproduire physiquement les gens aussi bien de l'intérieur que de l'extérieur de leur enveloppe corporelle. De plus, des objets relatifs à leurs besoins et leurs envies pourront être fabriqués sur mesure.

 

Les matières utilisées dans l'impression 3D et le processus de fabrication devront être encadrés par des normes de sécurité. En effet, il y a notamment des risques de toxicité (http://www.zdnet.fr/actualites/l-impression-3d-aussi-toxique-que-l-amiante-39827860.htm ).

 

De véritables "chefs-d'orchestre" mécaniques automatisés vont gérer plusieurs imprimantes 3D ! ( http://www.3dnatives.com/robot-tend-ai-imprimante-3d-27062016/).

 

Les imprimantes tridimensionnelles pouront bientôt imprimer objets à partir de nanoparticules de métal, de polymères et de matières organiques aussi petites que des molécules d’ADN ( http://www.commercemonde.com/2016/05/quand-nano-rencontre-3d-limprimante-3d-a-lechelle-moleculaire-premiere-mondiale-bientot-disponible-au-criq/ ).

 

Pour des raisons de sécurité, certains objets de notre quotidien actuel vont être amenés à se transformer ou disparaître. Par exemple, les clés métalliques sont désormais facile à copier à partir d'une simple photo ( http://www.maxisciences.com/imprimante-3d/des-cles-copiees-quand-l-039-imprimante-3d-devient-la-meilleure-amie-des-cambrioleurs_art33421.html ). Il faudra probablement mettre en place des clés plus intelligentes. Certains engins de guerre prendront la forme d'objets inoffensifs ( http://www.leparisien.fr/high-tech/des-imprimantes-3d-qui-pourraient-revolutionner-la-guerre-et-l-economie-31-12-2014-4411305.php ).

En appuyant simplement sur un bouton, on peut créer une arme de guerre sans que celle-ci puisse être tracée ( http://www.lesimprimantes3d.fr/loi-interdire-impression-3d-arme-a-feu-20151211/ ).

Les imprimantes 3D peuvent être piratées via les données qu'elles traitent et, ainsi, causer des sabotages de séries, ou altérer des pièces utilisées avec des normes de sécurité à respecter impérativement (http://www.3dnatives.com/impression-3d-hackeur-13072016 , http://www.zdnet.fr/actualites/piratage-de-fichiers-d-impression-3d-un-drone-victime-d-une-demonstration-39843662.htm).

 

Les constructions du futur utiliseront probablement des systèmes d'impression 3D ( http://www.presse-citron.net/une-imprimante-3d-pour-construire-des-maisons-en-24-heures , http://www.sciencesetavenir.fr/high-tech/20140121.OBS3149/l-impression-3d-s-attaque-aux-batiments.html , http://www.additiverse.com/actualites/2014-04-14/architecture-limpression-3d-%C3%A0-base-de-soleil-et-de-sable-pour-%C3%A9riger-des-buildings). Ces systèmes seront constitués à l'aide d'automates pouvant construire des constructions en un temps record et dans n'importe quel milieu (villes, campagnes, plateformes, îles, régions désertiques, planètes, astres,...).

Il sera peut-être possible un jour de créer les mêmes engins que le film Star Wars.

 

L'Intelligence Artificielle permettra d'optimiser les produits issus de la fabrication additive (http://www.futura-sciences.com/tech/actualites/impression-3d-impression-3d-dopee-intelligence-artificielle-64833/).

 

L'essor de l'impression 3D va probablement induire l'apparition d'un vocabulaire inhérent à l'impression tridimensionnelle ; comme cela a pu être le cas avec l'arrivée de la cigarette électronique où le terme "vapoter" et différent du terme "fumer". Cela aura également des conséquences sur les termes juridiques relatifs à la 3D employés.

 

Pourra-t-on matérialiser un jour en 3 dimensions l'infiniment petit ou l'infiniment grand ou plus généralement l'invisible ?

 

Avec une imprimante 3D ultra-perfectionnée, est-ce que les possesseurs ne deviendront-ils pas comme des rois à la tête d'une armée de robots ou drones ou d'un arsenal militaire d'armes conventionnelles ( http://www.lapresse.ca/international/etats-unis/201311/08/01-4708872-une-arme-en-metal-aurait-ete-imprimee-en-3d.php ) ou biologiques qui échappent à tout contrôle ? Comment se protéger d'un tel scénario catastrophe ?

Certains pays souhaitent gérer au plus tôt cette forme d'insécurité en mettant en place une législation adaptée ( http://www.additiverse.com/actualites/2014-05-23/impression-3d-laustralie-interdit-la-diffusion-des-armes-en-plastique-sous-toutes-ses-formes ).

 

Il faut signaler que le concept d'impression 3D et d'imprimantes 3D ont inspiré plusieurs auteurs de sciences-fictions. Parmi ceux-ci citons :

- Hergé qui dans la bande-dessinée et film "Tintin et le lac aux requins" montre l'invention d'une machine qui photocopie des objets en 3 dimensions à l'aide d'une pâte spéciale inventée par le professeur Tournesol ;

- Arthur C. Clarke avait parlé d'une "machine à répliquer" les objets dans les années 60 ;

 

Des projets de bases lunaires sont en cours d'élaboration ( http://www.imprimeren3d.net/limpression-3d-fabriquera-t-les-habitats-lhomme-lune-12214/ ). Ce n'est pas sans rappeller la série de science-fiction Cosmos 1999.

Lors d’un TEDTalk de 2015, l’architecte bioclimatique et designer Neri Oxam a présenté le travail de son équipe du MIT : « Nous sommes déjà en train d’imaginer les combinaisons pour les futurs voyages interstellaires. Ces combinaisons mêleront matériaux inertes et matériaux vivants (des bactéries principalement) et qui prendront soin des corps humains. »

Dans le "5ème élément" de Luc BESSON, il est possible de ré-imprimer une personne à partir de tissus organiques ( https://www.youtube.com/watch?v=h9OBbsLYGOE ) ou bien encore d'imprimer de la nourriture en quelques secondes ( https://youtu.be/Jv5QMgBJgbo?t=1m53s ).

 

La bio-impression pourra également aider à préserver les espèces vivantes menacées ou en voie de disparition en répliquant l'ADN de celle-ci et en la mélangeant éventuellement à d'autres matières organiques. Par exemeple, l'imitation d'une corne de rhinocéros ou d'une défense d'éléphant (http://www.maxisciences.com/rhinoceros/cette-societe-veut-imprimer-en-3d-des-cornes-de-rhinoceros-pour-dissuader-les-braconniers_art38792.html).

 

Dans le film de science-fiction  "Forbidden Panet" (Titre français : "Planète interdite"), il est fait mention d'une machine technologique extra-terrestre pouvant créer des réels êtres animés tridimensionnels par la pensée. Le meilleur et le pire pouvait être ainsi créé.

 

Dans une certaine mesure, les créations en LEGO ( http://www.economiematin.fr/ecoquick/item/8813-imprimante-lego-3d-modeles-jeux-innovation-projet )et autres MECCANO sont dans une certaine mesure précurseurs d'une impression 3D "manuelle". 

Des mondes virtuels de jeux vidéo, pourront prendre forme ( http://www.gameblog.fr/news/42565-les-mondes-de-minecraft-sont-fabriques-avec-des-imprimantes- ).

 

Avec la micro-impression 3D, il sera probalement possible de créer des objets pouvant voyager à l'intérieur du corps humain comme dans le film "Innerspace" de Joe Dante.

 

Un standard de fichier spécifique aux données imprimables devra être mis en place afin de prendre en compte toutes les spécificités de la fabrication additive : voxels, matière utilise, densité, confidentialité,... (http://www.a3dm-magazine.fr/standards-et-normes-de-donnees-imprimables/)

Publié dans L'Impression, 3D, High-Tech

Commenter cet article